Présidence des Républicains : et si les dés étaient déjà jetés ?

Présidence des Républicains : et si les dés étaient déjà jetés ?


Réservé aux abonnés

LETTRE DU PALAIS. À trois semaines du vote des militants, le match Ciotti-Retailleau se have a tendency en coulisse. Aurélien Pradié rêve de créer la shock.

Par Nathalie Schuck

Éric Ciotti (au centre), Bruno Retailleau (deuxième à droite) et Aurélien Pradié (deuxième à gauche) à La Ciotat en septembre 2022.  
© CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Publié le 11/11/2022 à 14h53

Le lien de l’article a été copié
Copier le lien de l’article

Je m’abonne à 1€ le 1er mois

Qui l’eût imaginé devant ce match incolore et sans saveur, qui rase jusqu’à ses propres impétrants, et un parti qui semble sans boussole dans l’hémicycle face au gouvernement ? Tombés à 48 000 adhérents après le crash de Valérie Pécresse (4,8 %) à l’élection présidentielle, les Républicains seront 91 110 à participer au vote qui départagera les 3 et 4 décembre prochains (les 10 et 11 décembre en cas de second tour) les trois aspirants à la présidence du parti. Loin, certes, des 140 000 inscrits de la primaire présidentielle il y a un an, plus loin encore des 340 000 qui avaient choisi Nicolas Sarkozy pour porter leurs couleurs à l’Élysée en 2007. Mais LR revendique ainsi, dans un contexte de désaffection militante qui touche tous les partis, d’être la première formation politique du pay…

Je m’abonne

Offres exclusives: -50% la première année

Leave a Comment